le repassage vapeur

Le fait de repasser est entré dans le quotidien des ménages comme une tâche parmi tant d’autres. Aujourd’hui, le linge et de nombreux autres tissus peuvent être débarrassés de leurs plis en quelques secondes seulement. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment cela fonctionnait ? Par ailleurs, pourquoi faut-il nécessairement remplir les appareils d’eau au préalable ? Dans cet article, nous vous expliquons l’importance de cet élément dans les méthodes habituelles pour repasser ou défroisser le linge. Petit indice : même si l’on s’y tromperait presque, la magie n’a rien à voir dans cette histoire.

Une grande préoccupation de l’Histoire

Porter des vêtements droits et sans défauts a, semble-t-il, toujours fait partie des inquiétudes présentes en société. On pense même que des pierres plates ou des mâchoires d’animaux ont pu être utilisées à cette fin au cours de l’époque préhistorique. Et autant le dire d’emblée : avant l’arrivée de l’eau dans nos appareils ménagers, repasser n’était pas vraiment de tout repos...

Au fur et à mesure du temps, on se rend compte que repasser à la chaleur est une très bonne manière de stériliser les étoffes. Plus qu’une affaire d’élégance, cette pratique devient également une question d’hygiène et de santé. En Chine, au Ier siècle avant J.-C., on utilise des casseroles en métal, que l’on remplit de charbon et passe sur les tissus pour les lisser. Cette utilisation du charbon a longuement perduré, notamment aux États-Unis, grâce à des boîtes aérées par le biais d’un soufflet intégré.

Vous vous en doutez, ces nombreuses méthodes n’étaient pas à la pointe en matière de défroissage. Il faudra attendre la deuxième moitié du 20e siècle pour voir l’apparition des premiers véritables fers à repasser comme on les connaît aujourd’hui.

L’ancêtre du fer à repasser

Les premiers fers sont des objets extrêmement lourds. Ils sont cependant déjà pointus à leur extrémité, afin de mieux atteindre les coins des vêtements et autres tissus. Avant l’invention des fers à résistance électrique, il faut les chauffer sur une surface avant de pouvoir les utiliser. Cela demande du temps, mais aussi une précaution non négligeable pour éviter les brûlures lors de la manipulation.

Le fer électrique est l’ancêtre du fer moderne que l’on connaît de nos jours. Il est alors équipé d’une semelle en aluminium, ce qui en fait un ustensile plus léger et facile à manier. On y intégrera ensuite un thermostat pour stabiliser la température de l’appareil.

Le premier fer avec de l’eau apparaît en 1963 et connaît de nombreuses améliorations au fil du temps. Il s’imposera enfin de manière durable dans les foyers, grâce à son efficacité garantie par l’utilisation de la vapeur. Car à partir de ce moment-là, une chose est sûre : il s’agit d’une véritable petite révolution pour les ménages. Son avènement a effectivement modifié définitivement les habitudes prises dans les foyers pour lisser et repasser le linge.

ancien fer pour repasser

Comment repasse-t-on de nos jours ?

Si cette nouvelle pratique s’installe définitivement dans les maisons et les entreprises de vente de vêtements, c’est parce qu’elle est bien plus efficace que les bonnes vieilles méthodes traditionnelles.

Les fers à repasser, les centrales et autres défroisseurs sont munis d’un réservoir d’eau. Le thermostat sert à assurer une température constante, que l’on peut également faire varier selon le type de tissus à travailler. Les appareils sont généralement munis d’une semelle, c’est-à-dire d’une zone par laquelle est éjectée l’eau.

Le fonctionnement peut paraître simple. Il vous suffit désormais de verser de l’eau dans le réservoir et, généralement, d’attendre quelques secondes pour laisser le temps à l’appareil de chauffer. L’eau, une fois libérée des trous présents sur la semelle, produit une chaleur humide qui va permettre de relâcher les fibres du tissu et ainsi les lisser. À noter que repasser sur des vêtements légèrement humides est toujours plus efficace que sur des vêtements totalement secs. Mais en quoi cette technique est-elle plus efficace par rapport aux anciennes méthodes ?

Les avantages de cette amélioration sur le textile

Tout d’abord, il s’agit d’une méthode particulièrement douce pour lisser les vêtements et leur faire retrouver leur allure. Là où les vieilles méthodes pouvaient paraître agressives pour l’état du tissu, celle-ci est généralement reconnue comme une technique douce et adaptée à un bon nombre de textiles. Elle se contente en effet de relâcher les fibres du tissu, et non de les étirer comme cela pouvait être le cas avec certaines techniques d’antan. Les fibres retrouvent ainsi leur forme et se défroissent. Son arrivée miraculeuse dans nos foyers a donc allongé la durée de vie de nos vêtements et de notre linge de maison.

L’un des points forts de la vapeur, c’est aussi de pouvoir gérer la température de façon très simple. Il arrive aussi que l’on puisse sélectionner le niveau de pression pour faire pénétrer la chaleur dans les tissus plus facilement. Elle peut alors s’appliquer à des textiles plus ou moins récalcitrants, qu’il était auparavant difficile à dompter avec une simple casserole remplie de charbon. Mais il faut toujours faire attention aux indications sur le linge ainsi qu’à respecter les températures de repassage conseillées.

Enfin, dernier élément, mais non des moindres, elle améliore l’hygiène du linge. En effet, on a pour mauvaise habitude de croire qu’une bonne machine suffit à éliminer les parasites sur le textile. Ce qui est totalement faux, d’autant plus si vous êtes adepte des lavages à basse température afin de conserver durablement l’état de vos vêtements. Au contraire, et selon plusieurs études effectuées dans des laboratoires, le fait de repasser est connu pour éliminer 99,99 % des bactéries ! Cette capacité à tuer les germes a d’ailleurs un autre avantage : celui de retirer toute odeur désagréable de votre linge.

Petit détail supplémentaire : l’eau et la chaleur peuvent aussi réaliser des miracles avec les taches. En effet, si vous n’êtes pas parvenu à vous en débarrasser lors du lavage, la chaleur de l’eau a tendance à « décoller » les taches des fibres pour faciliter leur disparition.

Ce qu’il faut retenir

La chaleur, mêlée à l’eau, est devenue le moyen le plus répandu pour repasser et défroisser le linge. Au-delà de leur facilité d’utilisation (il suffit de remplir un réservoir d’eau, là où il fallait autrefois remplir un ustensile de charbon ou faire chauffer le fer sur une surface), les nouveaux appareils ont de nombreux avantages. Leurs propriétés permettent notamment :

  • de détendre les fibres des textiles ;
  • de repasser des tissus plus épais et récalcitrants ;
  • d’allonger la durée de vie du linge ;
  • d’éliminer les bactéries toujours présentes après le lavage.

Associée à un fer à repasser, à une centrale ou à un appareil de défroissage, la chaleur humide permet de réaliser des merveilles. Elle est d’ailleurs utilisée au quotidien tant par les ménages que par les professionnels.

le repassage moderne avec defroisseur salamandres

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers.